J’ai commencé l’histoire de Paul par la fin, par hasard à la librairie. À force d’avoir lu des planches de-ci de-là, d’avoir entendu les amis encenser l’alter-ego de papier de Michel Rabagliati, il fallait que je tente l’aventure. 749 mots de plus