Étiquettes » Ville

L'incroyable course entre un paquebot et quatre voiliers

L’infographie originale se trouve ici, partagée sur le compte Twitter @LeParisienInfog.

Vous pouvez trouver un article d’accompagnement qui parle de The Bridge 2017… 25 mots de plus

Ex-HUDC Serangoon Ville up for collective sale with asking price of $400-$430 million

(Source: www.straitstimes.com)

SINGAPORE – Privatised HUDC estate Serangoon Ville has been put up for collective sale on Wednesday (June21), with home owners expecting about S$400 million to S$430 million for the property. 184 mots de plus

Current Affairs

2017, June 4 - 2710 - the south of France 4

in the park gardens (5)
church bells sound in the distance (7)
marking the evening (5)

Poetry

2017, June 4 - 2708 - the south of France 2

a table outside (5)
underneath the wide plane trees (7)
dining without stress (5)

Poetry

2017, June 4 - 2707 - the south of France

dinner in the park (5)
amongst the trees, grass, and paths (7)
birds and a light breeze (5)

Poetry

Toulouse

D’un côté la Méditerranée : miroir de feu hellénique ;
De l’autre l’Atlantique : voiles blanches, colère ;
Les Pyrénées : cheveux de glace, flancs d’éboulis ; 197 mots de plus

Fragments

Frog a reblogué votre sur In the Writing Garden et a répondu comme suit:

C'est Mister Black, le merle avec lequel je partage mon jardin de Canterbury, qui m'a conduite au blog de Guillaume Sire. Wordpress ayant jugé qu'il lui fallait un compagnon, il a fait surgir de dessous le "réseau des ormes" cet autre merle. Sa présence dans la nuit vivante de la forêt a remué dans mes halliers des souvenirs que je ne savais pas abriter, et j'ai continué à parcourir avec bonheur les textes de ce blog, poèmes (Joséphine Lanesem a évoqué ici cette écriture exigeante à l'incision parfois oraculaire), pensées. Bien que ne sachant rien de leur auteur, je me sens en territoire ami, reconnais des préoccupations, des accents, des blessures et les sentiers qu'elles font prendre.

Puis il y a ses écrits sur Toulouse, qui au contraire me sont étrangers, et pour cette raison fascinants d'une autre manière. En moi les cordes de la sensibilité au paysage, qui donnent ma note fondamentale, vibrent à leur lecture. Le souvenir d'une amie très aimée, aussi, qui partit y vivre quand nous avions treize ans - dans ses lettres, j'aurais voulu trouver des regrets plus saignants pour Lyon, égoïstement, sans penser à ce que lui aurait coûté d'exprimer cette peine. Mais en lisant les textes de Guillaume Sire, je me dis qu'il était bien normal de ne plus penser à nos fleuves et nos collines (hélas, Lyon n'appartient qu'en désir au royaume alpin...). Comme il doit être bon d'être de quelque part, quand ce quelque part est Toulouse. Il y a un peu de Sparte (de la mienne, en tout cas), dans cette ville que le soleil semble acculer contre les Pyrénées. Je vous laisse lire.